WITCHSPËLL - Witchspëll

Par Evil Ted. Le 14/03/2022.

Aujourd’hui le coup de projecteur est mis sur les mexicains de WITCHSPËLL dont le premier album, sorti en 2020, est distribué par nos compatriotes de Steel Shark Records depuis fin 2021. Celles et ceux qui nous suivent régulièrement se doutent que nous allons parler de metal oldschool. Avant toute chose, il convient de noter que la version chroniquée, celle commercialisée par le label français, contient 2 titres bonus issus de leur premier EP, « Demons », paru en 2019. Ce qui constitue un plus non négligeable.

Nous voici donc face à 10 titres, et non pas 8, pour environ 55 minutes de heavy thrashisant, voire même parfois hardrock, qui vous fera headbanguer à coup sûr. En effet, difficile de résister aux cavalcades de riffs de « KING IN EXILE » qui déboule à 200 à l’heure pour ouvrir l’opus et nous résume en un peu moins de 6 minutes ce qu’était le metal durant les 80’s.

Je vous parlais de hardrock, « SHE’IS A KILLER » en est le parfait exemple avec ce côté fiévreux qui se dégage de la composition. They put a spell on us ^^. Les fans de la Vierge De Fer se prendront surement à chanter certaines parties guitares de « THE MIRROR & THE COVEN ». Le combo muscle son jeu sur « SAVAGE, SAVAGE ! » qui lorgne un peu plus vers le thrash de la Bay Area que vers la NWOBHM (qui reste en filigrane). « THE CURSE OF AALIYAH » nous montre que WITCHSPËLL sait varier le propos en faisant cohabiter toutes ses influences au sein d’un même morceau épique. Un bel hommage aux tauliers de notre courant musical favori.

Après 2 instrumentaux « VIRIDI OCULOS » plutôt mélodique et assez doux et « ALUCARDA » plus énergique et soutenu, « WITCHSPËLL A.K.A WITCH QUEEN » vient clôturer l’album dans sa version simple de la même façon que « KING IN EXILE » ouvrait l’album en nous proposant une madeleine de Proust aux saveurs des 80’s (et un final qui m’a évoqué « WICKER MAN » d’Iron Maiden). Pour la version avec bonus, l’écoute se prolonge avec « MISTRESS LILITH » qui marque un retour à quelque chose de plus hargneux/hard (j’aurai presque envie de dire qu’on est à la croisée de Motörhead et d’Iron Maiden), et se termine sur un « METAL HURLANT » trépidant à souhait.

WITCHSPËLL nous montre que le coeur des 80’s bat toujours dans la scène metal contemporaine et qu’il n’est pas prêt de s’arrêter. Encore une bonne pioche signée Steel Shark Records.

Bonne écoute.

Album complet :

https://www.facebook.com/witchspellMX/
}